Interview Kevin Delvallée

Présente-toi ! ( ton parcours – ton projet )

 

Je m’appelle Kevin, j’ai 22 ans et  je suis actuellement en master EMI à l’IAE de Lille.

Mon parcours scolaire est assez scientifique : je possède une licence en biochimie, avant de m’orienter vers un premier master en biologie/santé à l’Université  de Lille. A la fin de ce cursus, j’ai voulu m’orienter vers l’entrepreneuriat afin d’acquérir des compétences et de l’expérience dans le domaine. J’ai décidé cette année  d’entrer dans le master 2 EMI.

Mon projet en quoi consiste-t-il ? C’est une plateforme web communautaire et participative à destination des entreprises. Cela leur permettrait de juger/évaluer et agir sur la performance sociale de leur entreprise, en contribuant au bien être des collaborateurs.  C’est axé sur un diagnostic qui va leur permettre d’identifier les thématiques de bien être qui font défaut aux salariés dans les entreprises, pour ensuite pouvoir apporter des éléments de réflexion personnalisés et pouvoir agir là où vraiment il y a besoin et ainsi éviter tout investissement pour rien.

 

Comment t’es venu l’idée de ce projet ?

Au début, je savais que je voulais créer une boite mais je ne savais pas dans quel domaine.  Alors j’ai d’abord pensé à une salle de sport où on pouvait accueillir des personnes pour faire des sports assez atypiques comme des sports brésiliens, etc, ça n’avait rien à voir avec mon projet actuel.  Puis, j’ai rencontré des problèmes qui m’ont forcé à trouver des solutions. Au fur et à mesure, cela a évolué jusqu’à temps que je candidate pour le master EMI où on m’a demandé de plus m’axer sur le B to B et les entreprises. Alors à partir de ce moment-là, a commencé une longue réflexion, je me suis dit que je ne savais pas trop quelle activité je voulais avoir.  La seule chose dont j’étais sûr est que, dans mon entreprise je voulais que les gens se sentent bien en ayant un management bienveillant.  L’idée m’a paru évidente, je voulais créer une entreprise qui permette de contribuer au fait que l’ensemble des entreprises puissent être ce type d’entreprise.

 

Pourquoi avoir envie de  créer ?

 

Créer est pour moi une opportunité, ce n’est pas quelque chose que j’ai voulu depuis tout petit. L’an passé j’avais deux possibilités : soit partir en thèse à la fin de mon master ou soit partir dans l’entrepreneuriat et créer quelque chose.

Le contexte a fait que j’ai plutôt choisi l’entrepreneuriat parce que d’une part, c’était quelque chose qui me représentait le mieux, c’était plus en adéquation avec ma personnalité et d’autre part, ça me permettait de créer quelque chose qui me donnait envie de me lever tous les matins, ce qui n’était pas forcément le cas dans mon ancien master. Je me suis aussi rendu compte que j’avais du mal avec l’aspect salariat, à trouver un métier qui me convenait, et c’était certainement parce qu’il fallait que je le crée.

 

Comment organises-tu tes journées ?

 

Je n’ai pas vraiment d’organisation à proprement parler : deux jours par semaine je suis à l’école pour avoir des cours assez théoriques, sur comment mener une étude de marché, comment manager une équipe etc,  pour vraiment avoir un socle assez solide sur l’ensemble des thématiques qu’on peut rencontrer dans l’entrepreneuriat.  Le reste du temps c’est assez libre, on a des dossiers à rendre, ce qui nous permet d’être assez structuré et d’avancer plus rapidement. Le reste du temps, je le consacre à mon projet, je n’ai pas d’heures fixes pour travailler dessus mais globalement je consacre entre 9h et 18h par semaine à l’élaboration de mon projet, j’ai également beaucoup d’entretiens professionnels pour aller à la rencontre de futurs clients ou d’accompagnateurs.

 

Comment as-tu connu le Hubhouse ?

 

Ils sont intervenus dans mon Master 2 en biochimie ; ce qui est marrant, c’est qu’au début je n’y prêtais aucun intérêt, je prenais ça avec légèreté. L’entrepreneuriat ne me concernait pas spécialement à la base. Puis, à partir du moment où j’ai décidé de créer, je me suis souvenu d’eux et je me suis dit « Heureusement qu’ils sont passés dans le master » car je savais qu’ils ouvraient la porte à tout le monde.

 

Qu’est-ce que t’apporte le Hubhouse ?

 

Le Hubhouse m’a apporté la chose la plus importante : cette porte ouverte.

Je ne savais pas encore vers où aller, dans quel domaine créer. Je suis allé les voir et je leur ai dit « J’ai envie de créer quelque chose, je ne sais pas encore quoi mais j’ai cette envie ». Ils m’ont pris au sérieux, m’ont conseillé et m’ont aidé à démarrer le projet. 

Le Hubhouse est vraiment utile pour nous mettre le pied à l’étrier quand on est un peu perdu et qu’on ne sait pas vers qui se tourner. L’équipe est de très bon conseil et a su m’orienter. Elle m’apporte également un lieu pour travailler et ça c’est super important pour moi.

 

Quels conseils donnerais-tu aux étudiants qui souhaitent eux aussi créer ?

 

J’en donnerais trois :

  • Se faire accompagner : c’est important de ne pas rester seul, au bout d’un moment on reste tête baissée dans son projet sans prendre le recul nécessaire. On n’est plus vraiment objectif sur ce qu’on fait.
  • Ne pas avoir peur de parler de son projet : on a tendance à croire qu’on va nous voler notre projet alors que derrière, quand la personne va voir qu’il faut travailler davantage, elle va vite perdre confiance car l’entrepreneuriat est un état d’esprit à avoir.
  • Ne pas avoir peur de franchir le pas : à partir du moment où on fait une bonne étude de marché, qu’on se base sur des faits, qu’on parle à de futurs clients. On aura entre nos mains, toutes les capacités pour réussir. Si on se met des barrières en se disant « J’ai trop peur de passer cette étape-là ou celle-ci » le projet a moins de chance de voir le jour.
     

 

Tu peux retrouver toutes les informations sur son entreprise en cliquant sur sa page Facebook