Interview Matthieu Devaux

Présente-toi ! ( ton parcours, ton projet)


Je m’appelle Mathieu, j’ai 20 ans et je vis à Lille.

Actuellement, j’étudie à l’Université Lille 1, je suis en deuxième année de licence de mathématiques et j’envisage de poursuivre mon cursus avec un Master CMI (mathématiques et ingénierie) car j’adore programmer.

C’est d’ailleurs pour ça que j’ai voulu entreprendre dans ce domaine. L’année passée, à la fin de ma première année, je ne trouvais pas de job étudiant et j’avais pas mal de temps devant moi. Je suis tombé par hasard sur des informations pour entreprendre, je me suis renseigné de plus en plus à ce sujet.  Un jour, j’ai décidé de me lancer sur ma passion : programmer et développer des sites Internet. Je me suis dit que si ça fonctionnait, j’allais être super content. Si au contraire, cela ne marchait pas, je me dirais que c’est de ma faute et que je n’aurais rien perdu.
 

Une fois que tu as voulu créer, comment as-tu démarché tes (futurs) clients ?
 

 J’ai commencé à chercher mon premier client sur Internet,  que j’ai trouvé au bout de deux semaines. Je ne pensais pas que ça allait se passer aussi vite ! Je me suis inscris sur une plateforme de freelance, un concours international y était organisé. Ils parlaient tous en anglais sauf la personne qui organisait le concours et moi. On a d’abord échangé sur cette plateforme en français puis on est sorti de cette plateforme pour continuer à échanger et pour finir travailler pour elle.  Par le biais de ce client et le bouche à oreille, je travaille avec une agence de communication qui me confie régulièrement des tâches de programmation.

Parfois, je me dis que c’est peut-être arrivé un peu trop tôt par rapport à mes études. Je ne suis qu’en deuxième année et je souhaite les poursuivre jusqu’à la cinquième année.

Grâce au Hubhouse, j’ai également rencontré des étudiants qui veulent faire appel à moi pour la mise en place de leur projet, je me crée mon réseau au fur et à mesure.

 

Que préfères-tu dans l’entrepreneuriat ?
 

J’aime l’entrepreneuriat car je suis maître de moi-même. Quand je fais une erreur, je sais que c’est de ma faute et j’en subi moi-même les conséquences, au contraire, quand tout va bien, je suis content du travail que j’ai accompli.

Je travaille à mon rythme de travail, je peux très bien ne pas travailler sur un projet une journée entière et le lendemain passer ma journée de 8h à 23h sur l’avancement du projet; je choisis mes horaires.

Après, pour être honnête, ce que j’aime le moins dans l’entrepreneuriat ce sont les démarches administratives, je déteste même cette partie. Mais une fois que tu sais que c’est toi qui as tout accompli, tu te sens fier de ce que tu as fait vraiment. 

Puis, quand tu travailles  dans une entreprise, généralement tu ne fais qu’une partie du site tandis que là, quand je regarde les projets que j’ai dû réaliser, je me dis «  Là c’est moi qui aie tout fait »  et je suis fier.
 

Quels conseils donnerais-tu aux étudiants qui souhaitent eux aussi créer ?
 

Je leur dirais de ne pas avoir peur. Au début, ma peur m’a bloqué pour me lancer. Je n’avais jamais réellement travaillé et je me suis retrouvé un peu noyé sur le marché, c’était perturbant. Il faut surmonter ça, avancer et surtout ne pas se dévaloriser. Il faut savoir saisir une opportunité lorsqu’elle se présente face à nous.

Quand je me suis lancé, j’ai du mal à me dire : «  je vaux ça, point ». J’avais l’impression de ne pas être légitime car mes clients ont dix ans de plus que moi; ils ont de l’expérience et sont engagés. Je n’ai que 20 ans, je dois tout prouver.

Je leur dirais de se faire accompagner par le Hubhouse et de suivre les soirées de l’étudiant-créateur. On nous enseigne comment créer une entreprise en amont, on voit toutes les bases, ce qui nous permet d’avoir toutes les connaissances nécessaires à la création : l’étude de marché, le statut juridique, le financement etc c’est vraiment génial !

Je leur donnerais aussi comme conseil d’être bien entouré; j’ai beaucoup de soutiens et c’est grâce à eux que je n’ai pas abandonné, ils m’encouragent au quotidien.
 

Comment vois-tu l’avenir, ton évolution dans les prochaines années ?
 

J’aimerais continuer d’entreprendre car ça me plait,  je travaille seul et je m’en sors plutôt bien. Après peut être que j’envisagerais de grandir, de faire développer mon entreprise, mais ça je ne le ferais pas tout de suite. Je veux d’abord finir mes études, essayer de travailler quand même dans une entreprise pour me forger une expérience. Puis, travailler à côté, ne m’empêchera pas de me développer, bien au contraire, car j’aurais plus de ressources pour le faire.

Si j’arrive à créer mon entreprise avec 4 personnes autour de moi dans de beaux locaux, je serais fier de moi. Je montrerais à mon père ce que j’ai réussi à accomplir par moi-même et lui aussi sera fier. Je sais que ça ne se construit pas en deux jours, il faut beaucoup de travail mais je vois l’avenir positivement.

Tu peux retrouver toutes les informations sur son site Internet : latoiledunord.com