Interview Maxime Hirt

Peux-tu te présenter et nous raconter ton parcours ?

 

Je m’appelle Maxime HIRT, j’ai 20 ans. J’ai obtenu un bac STID puis je me suis orienté vers un DUT GEII (Génie électrique et informatique industrielle), je suis actuellement en stage de fin de DUT dans le domaine de l’impression 3D puis je souhaite intégrer une école d’ingénieur.

J’ai un projet de création qui consiste en un bras robotique pour automatiser la production de pièces imprimées en 3D. Cela fait 3 ans que je travaille sur ce projet. 

 

Comment t’es venu l’idée de créer ?

 

Tout a commencé il y a un peu plus de 3 ans maintenant, j’ai reçu à Noël une imprimante 3D et  je voulais me lancer dans un projet plus conséquent sur le long terme. J’ai donc eu l’idée de concevoir et d’imprimer mon propre bras industriel.

 

Quelles sont les compétences, qualités requises selon toi pour être entrepreneur ?

 

Selon moi, il faut 3 choses :

  • De l’ambition : pour toujours essayer d’aller plus loin, se dépasser,
  • De la passion : il faut créer par envie,
  • Un grain de folie : vu le temps et l’argent que cela demande, il faut avoir un peu de folie.

Créer en même temps que tes études ne te fait pas peur ?

 

Pas vraiment, c’était plus difficile lorsque j’étais encore au lycée pour m’organiser surtout que j’étais en internat. Désormais,  tout ce que je vois en cours, je l’applique directement sur mon projet, ça m’aide beaucoup.

 

Comment organises-tu tes journées ?

 

Je suis en cours de 8h à 17h30 environ. Lorsque je n’ai pas besoin de travailler mes cours le soir, je consacre mes soirées et le week-end à mon projet. Je priorise toujours mes études.

J’ai aussi eu l’occasion de travailler sur mon projet en cours à travers des projets libres.

Cela se complique un peu quand de grands événements arrivent, comme le Maker Faire de Paris, qui est une réunion de makers (personnes passionnées par les travaux manuels et le do it yourself) où, à ce moment-là, il m’arrive de travailler une partie de la nuit sur mon projet pour finir le prototype de présentation à temps. Pour la Maker faire de Paris, j’ai « embauché » sept de mes amis qui sont spécialisés dans le web ou la communication, je veux mettre toutes les chances de mon côté.  Si à la fin de mes études, le marché est toujours porteur, alors je me lancerais.

 

As-tu une anecdote à nous raconter ?

 

Mon projet m’a permis de rencontrer des personnalités connues et chefs d’entreprises avec lesquels j’ai eu des contrats de travail par la suite. J’ai d’ailleurs pu présenter mon projet devant Anne Hidalgo ou encore Martine Aubry.

 

Comment as-tu connu le Hubhouse ? Qu’est-ce que t’apporte le Hubhouse ?  

 

J’ai connu le Hubhouse suite à une campagne d’affichage qui se trouvait sur l’Université.  

J’ai participé aux soirées de l’étudiant-créateur de la première session de l’année 2016/2017, qui m’ont beaucoup apporté notamment sur l’aspect juridique, sur l’organisation d’une entreprise ainsi que l’aspect étude de marché.

 

Quels conseils donnerais-tu aux étudiants qui veulent à leur tour créer ?

 

Je leur dirais de se lancer, tenter de réaliser ce qu’ils veulent faire et se donner un maximum de chance. Il faut avoir l’envie de réussir et surtout de la motivation.

Tu peux retrouver toutes les informations sur son projet Mrobot sur sa page Facebook.