Interview Quentin Warnant

Quentin Warnant, 23 ans, est porteur de projet. En septembre 2014, il quitte la Belgique pour s’installer en France. Il débute un Master en informatique à Lille 1. Sensible à la création d’entreprise, il franchit le pas grâce au témoignage d’un entrepreneur. Accompagné par le HubHouse, il construit son projet. Il revient sur son parcours, son projet et ses motivations. 

 

Comment t’es venue l’envie de te lancer dans la création ?

 

Je suis en Master 2 IVI, Image Vision Interaction. Suite à un cours intitulé « préparer son projet professionnel », un ancien étudiant, aujourd’hui entrepreneur, est venu témoigner. Motivant et passionné, il est revenu sur son parcours, son projet, et l’entrepreneuriat. Je me suis aperçu de deux finalités. Être employé et travailler pour quelqu’un ou créer son entreprise et être son propre patron. Ça à été une révélation pour moi, je me suis reconnu en lui, et c’est ce qui m’a poussé à entreprendre un projet. J’ai eu l’envie d’une vie passionnante avec des hauts et des bas. Un besoin de ne pas être simple employé et l’envie de créer et établir mes propres règles.

Je me suis tourné vers le HubHouse Lille 1. J’avais le désir de rencontrer une personne capable de me centrer. C’est ce qui s’est passé avec Olivier Lanselle. Je lui ai expliqué ma passion et mon envie de création. Ses retours ont multiplié ma motivation. Il a validé mon projet. C’était vraiment rassurant pour avancer, et je suis passé à la réalisation du projet.

Grâce à cet accompagnement, j’ai eu des outils à ma disposition. J’ai effectué mon business plan. L’aide proposée par cette structure est une véritable opportunité pour des personnes qui, comme moi, ont besoin d’un guide pour avancer. L’approche avec les représentants est simple et la prise de rendez-vous est rapide et efficace. Sans le HubHouse, je ne me serais jamais lancé, ça c’est certain. 

 

Quel est ton projet et où en est-il actuellement ? 

 

J’ai commencé par développer des jeux sur le web. Puis, j’ai découvert la réalité augmentée avec les Google Cardboard lors d’ une conférence à Bruxelles. Ça a été un succès, j’ai acheté et testé le produit. Convaincu, j’ai voulu développer des applications avec la réalité augmentée et virtuelle. Aujourd’hui, je dispose de deux applications sur Play Store. Signus Viewer et Signus Explorer. La première plonge l’usager dans l’espace et le système solaire. La seconde est plus ludique et cible les enfants. Ils sont transportés dans un environnement africain où ils rencontrent des animaux. Le but est de se familiariser avec ce cadre.

À côté de mon projet personnel, je travaille pour Homido, une société qui réalise des casques avec ce concept. Ça me donne pas mal d’opportunités. Ce que je fais n’est pas facile, surtout que je suis encore étudiant. Mais ça ne me dérange pas, je suis très actif et plein d’énergie. J’aime avoir des responsabilités, et je me sens déjà chef d’entreprise avec tout ce que j’entreprends. 

 

Quel sont tes envies d’avenir et quel conseil peux-tu donner aux jeunes qui veulent créer leur entreprise ? 

 

Actuellement, je me crée un réseau et je fais découvrir aux gens cette conception du monde. Je pense que quand tous les individus auront testé, personne ne pourra s’en passer. Et je suis fier de m’être lancé.J’aimerais, quand j’aurais plus de temps, développer un jeu de réalité virtuelle multi-joueurs et en temps réel. En attendant, je me prépare avec l’aide d’Olivier. Je passe un comité d’engagement fin novembre pour être incubé à la Plaine Image. 

La clé de la réussite, c’est l’énergie et l’investissement. Il faut être motivé et aller jusqu’au bout de ses idées, se battre et ne rien lâcher.